mercredi 24 janvier 2018

Les Chants de la Terre lointaine


La Terre se meurt et les derniers représentants de l’espèce humain prennent place à bord du Magellan pour un voyage de plusieurs centaines d’années.
Au cours d’une escale sur une planète-océan colonisée longtemps auparavant par des vaisseaux-semeurs, l’équipage du Magellan rencontre des humains pour qui le Terre n’est déjà plus qu’un lointain souvenir, une légende…

Ce livre fait parti de mes cadeaux de noël, alors forcément, je n’allais pas faire attendre la personne qui me l’a offert pour lui dire ce que j’en pensais. Il fut un des premiers livres lus de l’année et la découverte d’un bijou de science-fiction. Je n’avais encore jamais lu de roman de cet auteur, même si 2001 L’Odyssée de l’espace est dans ma pile à lire. Au final, je n’ai que plus envie de lire ce dernier à présent.
Dans ce roman, nous suivons l’arrivée des derniers terriens, partis au tout dernier moment, quand la Terre mourait lors du dernier souffle du Soleil, sur Talassa, planète colonisée par les humains des centaines d’années auparavant. Les Hommes y ont commencé une nouvelle vie et on ainsi une histoire différente des terriens, avec lesquels ils ont perdu le contacte plusieurs siècles plus tôt. Pour une fois, ce sont ainsi les Terriens qui apparaissent comme les aliens et déjà, c’est rafraichissant, neuf. Mais surtout, le livre apparait plus comme une hypothèse de ce qu’il pourrait se passer si les terriens colonisaient une planète et s’y rendaient des siècles plus tard pour voir comment les choses ont évolué. C’est fascinant !
A cela s’ajoute la découverte de cette planète qu’est Talassa. Au final, il semblerait que l’on ne connaisse jamais vraiment où l’on vit, cela donne, dans la vrai vie, envie de sortir redécouvrir la ville où l’on habite, en découvrir ses secrets. Nous observons dans ces eaux talassantes à la naissance de l’intelligence, ce que j’ai adoré, cette nouveauté sur cette planète annonce tout un programme, tout un futur étonnant et improbable pour cette planète.
L’ensemble du récit est tout à fait cohérent et utilise autant que possible des arguments scientifiques pour expliquer la technologie, même quand on en arrive à la fiction, ce qui rend le livre d’autant mieux à mon sens, il donnait l’impression d’apprendre des choses tout en faisant réfléchir sur le monde, les sociétés humaines.
L’alternance de point de vue permettait de découvrir plus en profondeur les protagonistes et l’histoire, le tout étant très bien raconté, dans un style qui permet d’entrer facilement dans l’œuvre, qui se lit bien, et qui permet de visualiser les scènes avec des descriptions qui donnaient très envie de se rendre sur Talassa.

Un excellent roman de science-fiction, comme j’aime en lire, qui mise à la fois sur la science et sur la critique du monde moderne. Car même si l’œuvre d’Arthur C. Clarke date du siècle dernier, elle reste encore dans l’ère du temps. Je ne peux que vous conseiller de lire ce livre, tandis que moi je vais éviter de trop tarder pour en lire d’autres de lui. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire