mercredi 7 mars 2018

Détective Conan


Shinichi Kudo est élève de première au lycée Teitan. Pour avoir résolu plusieurs enquêtes difficiles, beaucoup le considèrent comme « l'aide la plus précieuse que la police pouvait espérer ». Un jour, alors que Shinichi se baladait avec sa petite amie Ran Mouri, il fait la rencontre d'hommes étranges vêtus de noir. Par curiosité et intuition, Shinichi les suit et comprend que ce sont des maîtres chanteurs. Découvert, on lui fait boire un poison expérimental pour le faire taire et l'effet est inattendu, il rajeunit. Shinichi, aidé par son voisin le Dr.Agasa, inventeur génial et farfelu, décide de partir à la recherche de l'organisation secrète dont il a été victime. Il cache sa véritable identité sous le pseudonyme de Conan Edogawa, et se réfugie chez Ran, dont le père est détective.
Livres :
42 sont dans ma bibliothèque mais en vrai, pour le moment, 90 tomes sont sortis

Ce manga est un de mes préférés !
Je ne sais pas vous, mais de mon côté, j’ai découvert ce manga alors que j’étais enfant, quand il passait encore au milieu des dessins animés de France 3. Déjà, j’adorais ce manga même si je ne le voyais que trop peu souvent (je ne faisais pas attention à l’horaire… X) ). Puis, au lycée, je me suis relancée dans l’intégrale de la série animé et… coup de cœur ! Il me les fallait absolument en papier, il me fallait lire la suite en scan, je ne pouvais plus m’arrêter.
Ce manga est comme ça, une fois commencé, il kidnappe le lecteur pour l’embarquer dans l’univers policier de Conan et on ne veut plus savoir que les réponses à nos nombreuses questions, et évidemment à chaque nouvelle enquête, on veut connaitre criminel, mobile et surtout, astuce.
Le schéma des chapitres est un peu redondant, il faut l’avouer. C’est le schéma de tout policier : présentation des personnages, meurtres, suspects avec chacun un mobile, enquête, résolution de l’énigme. Cela fonctionne, et comme pour tout policier, on ne se lasse pas car l’auteur réinvente à chaque fois le meurtre, l’énigme, le vol, et parfois change même le schéma du tout au tout. Cela nous amène des enquêtes à la fois ressemblantes et surtout très changeantes et originales. Le mangaka trouve toujours des idées incroyables et inattendues pour les meurtres et c’est très amusant de chercher en même temps que Conan, même si c’est très rare de comprendre avant lui.
Une histoire se tisse également entre les meurtres, elle avance plus ou moins vite selon les arcs, mais est toujours aussi intéressante, passionnante après autant d’année (le manga a quand même plus de vingt et est loin d’être terminé). Les liens entre les protagonistes évoluent, de nouveaux personnages apparaissent, l’enquête sur les hommes en noir avance, de nouvelles organisations (bonnes ou mauvaises, je ne dirai rien) arrivent… Pas de quoi s’ennuyer, surtout quand il y a autant de personnages à soupçonner d’être un homme en noir.
Les dessins enfin sont très sympa, mais généralement on aime ou on n’aime pas. Dans mon cas, j’aime évidemment, ce ne serait pas mon manga préféré sinon. C’est un graphisme que l’on ne peut pas manquer de reconnaitre, il a sa patte. Les personnages sont tous différents et il est impossible de les confondre, et surtout, le plus du dessinateur, il arrive à faire ressortir les traits communs de sorte que l’on voit rapidement qui est de la même famille de qui, ce qui est une force de la part du dessin.
Je ne pourrais que vous conseiller de vous lancer dans cette saga, elle est longue, toujours pas terminé, mais elle en vaut la peine. Parfaite si vous aimez le policier ou voulez le découvrir, il est certain que Détective Conan fera travailler vos méninges. Bref, moi, j’attends le prochain chapitre avec impatience.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire