mercredi 21 février 2018

The Jerusalem Puzzle


A Long-Lost manuscript contains a shocking historical secret…
Behind Lady Tunshuq’s Palace in the Muslim quarter of Jerusalem, archeologist Max Kaiser is found dead.
In the same city, Doctor Susan Hunter, who was translating an ancient manuscript, is missing.
With his girlfriend Isabel Sharp, Sean Ryan is about to piece together these two mysteries. But as they explore the ancient and troubled city, they soon find themselves drawn into a dangerous game with deadly consequences.

La tristesse de ne pas réussir à terminer un livre…
Il me tentait beaucoup, ce livre, dommage qu’il ne me plaise pas. Je l’avais trouvé en Angleterre, lors des derniers jours passés là-bas, et c’était une petite découverte dans un magasin discount de livres qui vidaient complètement ses stocks. En soit, je suis heureuse de ne l’avoir payé qu’une livre, car je n’ai pas réussi à rentrer dedans.
Le speech de base est sympa, quelque chose de mi policier mi historique, cela annonce plein d’éléments à apprendre.
J’ai été déçue par beaucoup d’éléments dans ce livre, c’est difficile de savoir par quoi commencer ici.
Tout d’abord, le style. Comment dire que je m’attendais à des descriptions plus approfondies que « cette femme était belle, mais moins qu’Isabelle », j’avais l’impression que le roman restait en suspens constamment et j’ai eu du mal à me faire une image des personnages à cause de ces descriptions bateau. Mais s’il n’y avait que ça. La narration est principalement à la première personne, ce qui est original pour un roman policier, je n’avais encore jamais vu ça. Je n’avais donc pas autant d’a priori que lorsque de débute un livre à la première personne Young adult, mais cela ne fut pas pour autant que je ne fus pas déçu. Je ne sais pas trop si c’est du fait du style en lui-même, avec son manque de description, ou du personnage auquel je n’ai pas accroché, auquel je ne me suis pas attachée, mais impossible de plonger dans l’histoire.
Et ce personnage principal ! Qu’il m’a soulée ! J’ai eu l’impression qu’il se laissait porté par l’histoire, qu’il ne faisait rien sinon suivre ce qu’il se passait autour de lui. D’ailleurs, Isabel m’a semblée réfléchir beaucoup plus que lui à l’enquête, comme si c’était elle qui menait l’enquête réellement et que lui n’était que son associé. Ce n’était pourtant pas ce qui était présenté dans le résumé, peut-être cela se retrouvait-il inversé à la fin du livre alors, dans la partie que je n’ai pas lu.
Et pour du policier, comment se faisait-il que le protagoniste se fasse autant porter, qu’il ne s’investisse pas dans son enquête et ne cherchait pas les indices pour la faire avancer ? Je pense que c’est ce qui m’a le plus perdue, le fait que l’histoire n’avance pas.
C’est dommage, parce que j’ai plutôt apprécié de voir les chapitres à la première personne entrecoupés par des passages à la troisième personne racontant le point de vu d’un personnage bien différent, parfois un ennemi, parfois Susan Hunter. C’était intéressant et changeait de Sean Ryan que je n’appréciais pas plus que ça. J’ai préféré l’écriture dans ces parties-là.
Et après, comme autre point positif, il faut avouer que c’était sympa de découvrir Jerusalem et La Caire à travers ce roman. De plus, le livre, anglais, se lit plutôt facilement, et il n'y a pas besoin d'avoir lu le premier tome pour comprendre celui-ci.
C’est donc une déception pour moi, mais peut-être ne le sera-t-il pas pour vous si vous aimez le policier historique raconté à la première personne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire