mercredi 14 février 2018

Les Légions de poussière


Joel est un élève de la prestigieuse académie Armedius et un passionné de Rithmatique, cet art qui permet de dessiner d’une simple craie des figures quasi impénétrables et de donner vie à des créatures fantastiques.
Mais Joel ne possède pas ce talent.
Ayant tout de même réussi à devenir l’assistant de l’éminent professeur Fitch, il se trouve dans le secret de l’enquête sur les disparitions qui frappent les étudiants rithmaticiens de l’université, apparemment attaqué par des crayolins, ces voraces êtres de poussière de craie. Mais comment est-ce possible, ici, si loin de la ligne de front de Nebrask, défendue par les meilleurs Rithmaticiens ?
Joel n’appartient peut-être pas à leur caste, mais sa persévérance va lui ouvrir les portes des mystères de cette curieuse magie et en changer à jamais la pratique…

Encore une fois, je reste béate devant le travail incroyable de Brandon Sanderson. Encore une fois, l’auteur prouve qu’il est bel et bien mon auteur préféré de tous les temps.

Je viens tout juste de terminer ce livre, je vais attendre un peu avant de poster cet article, je le retravaillerais certainement, mais sachez que je suis toujours sous le choc d’en avoir tourné la dernière page. Ce roman est une pépite !
Toute tremblante d’excitation tant ce livre m’a secouée, je tape frénétiquement les touches de mon clavier pour former ces quelques phrases, un article qui puisse retransmettre ce que procure les Légions de poussière. Je n’y arriverai pas.
Dès les premiers mots, nous découvrons un nouvel univers, très intriguant puisqu’il commence sur un dessin, un cercle annoté. Le texte est parcouru de ces étranges formes, de ces explications sur l’art de la rithmacie. Nous sommes ainsi propulsés dans un monde inconnu qu’il reste encore à comprendre et les différentes défenses qui sont présentées à chaque début de chapitre nous aide beaucoup à entrer dans l’histoire et à visualiser les combats. Quant aux dessins, c’est comme s’ils poussaient les lettres pour se frayer une place dans le texte, ils pourraient presque sortir du livre et parcourir le monde à l’image des crayolins. C’était comme si le livre s’animait.
Et le texte, les mots ! Immédiatement je me suis retrouvée aux côtés de Joel, personnage que j’ai adoré, pour suivre avec joie et fascination son aventure et ses recherches sur la rithmantique. Le style est, comme toujours avec Brandon Sanderson, magnifique, les personnages géniaux, et l’histoire… Il n’y a pas de mot pour la décrire.
Nous plongeons dans un monde steampunk dans une époque rappelant le 19em siècle, période que semble apprécier l’auteur comme nous pouvions déjà le constater dans la trilogie Fils des brumes ; J’adore ce qu’il en fait. Outre le fait que ce soit un siècle que j’adore, c’est surtout une période peu utilisé dans la fantasy qui privilégie habituellement le médiéval, ce qui rend ce livre original. Le steampunk s’allie merveilleusement bien avec l’époque et lui ajoute une touche de mystère agréable.
L’histoire enfin ! Il s’agit d’un thriller, d’une enquête policière, ce qui est rarement réussi en fantasy. Et dans ce livre, tout est parfait ! Bien sûr, j’ai pu deviner, prédire certains éléments, mais il n’empêche que j’ai été surprise, que l’auteur m’a entrainée dans son histoire et à réussir à me manipuler, me passionner.
Un thriller surprenant et passionnant, une fantasy fascinante et mystérieuse ; que demander de plus ? Le style est superbe, du Brandon Sanderson quoi, les personnages sont adorables ou détestables, ils nous investissent dans l’histoire. Et le tout pousse à la réflexion sur beaucoup de chose de notre monde. Il n’en faut pas moins pour devenir un coup de cœur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire