samedi 15 mars 2014

Une place à prendre


Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque... et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.
Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu'alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l'occasion d'une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre, en bien comme en mal, mais surtout comme quoi il était moins bien que les Harry Potter, la superbe saga de l’auteur sortie entre 1997 et 2007, et donc, j’appréhendais un peu la lecture, ayant peur d’être déçue. Ce ne fut pas du tout le cas, au contraire. J’ai adoré retrouver le style de l’auteur qui se lit vraiment facilement et nous plonge immédiatement dans l’histoire aux côtés des  personnages qui sont vraiment intéressants dans ce livre. Et nombreux : j’avoue qu’à plusieurs reprises, j’ai dû retourner en arrière pour retrouver les différents liens des protagonistes et ne pas les confondre ce qui m’arrivait un peu au début, puis, au fil des pages, j’ai appris à connaitre les personnages, à les apprécier ou les détester et c’était vraiment génial. Je me suis beaucoup attachée à certains personnages.
De plus, l’histoire est renversante. Du début à la fin, l’histoire de ce petit village nous intéresse et nous tient en alerte, faisant en sorte que pas une seule fois nous nous ennuyons. Ce livre est une parodie de la vie humaine, se moquant de l’hypocrisie et nous faisant rire à bien des passages tant les personnages font des choses qu’ils jugent les plus importantes au monde alors que ce n’est qu’un acte banal. Le monde se résume à la petite ville de Pagford et à travers ça, on découvre une critique des humains qui nous emporte et nous laisse à réfléchir. Cependant nous ne faisons pas que rire dans ce roman qui allie rire et pleurer avec brio, c’est aussi amusant que triste qui nous décrit la vie.
Enfin, la fin est bouleversante. Le livre se termine comme il commence, nous montrant que l’histoire est un éternel recommencement.
Pour conclure, c’est un magnifique roman, bien écrit, fascinant, et qui nous fait réfléchir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire