mardi 9 août 2016

La Sélection

35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !
Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles...
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?

Tome 1 : La Sélection
Tome 2 : L’Elite
Tome 3 : L’Elue


J’ai lu ces romans il y a déjà un certain temps et pourtant, je ne voulais pas attendre de les relire pour en parler. Certes, ce n’est plus très frais dans ma mémoire, mais il n’empêche que c’est marquant au point d’en parler même si cela commence à remonter. Cependant, cette trilogie n’est ni un coup de foudre, ni un coup de cœur, ni une déception. Il s’agit juste d’une saga que j’ai beaucoup apprécié malgré tous ses petits défauts.
Parlons en des défauts, car ils restent tout de même important et je comprends que certains n’aiment pas cette trilogie par leur faute. Déjà, je trouve qu’individuellement, ces livres sont pauvres, la trilogie n’est intéressante que si elle est lue entièrement et donc, si l’on ne l’a pas lu dans sa totalité, on ne peut pas apprécier convenablement sa lecture. Il faut donc s’accrocher, surtout au début du premier volume où la mise en place du décor est, il faut l’avouer, très mal faite. L’auteur cherche à nous plonger immédiatement dans son univers et en oublie la présentation, ce qui fait que l’on ne comprend que petit à petit et par soi-même. Ce n’est pas très pratique pour entrer dans l’histoire et cela rebute même. Sans parler que c’est America qui est le narrateur et personnellement, la narration à la première personne me soûle de plus en plus : c’est généralement synonyme de facilité pour l’auteur (« pour se sentir plus proche du personnage ») mais c’est plus difficile à maitriser et donc le style en devient bateau, commun, oubliable. Et pour finir, America est si longue à se décider entre Maxon et Aspen que, notamment dans le second tome, l’histoire en est incroyablement longue à avancer.
Moui, ce sont là beaucoup de défaut, notamment certains un peu gros, peut-être trop gros pour se lancer dans la lecture. Pourtant, un point m’a fait apprécier ma lecture, m’a presque fait oublier ces nombreux défauts.
Cette trilogie est une superbe ode au changement. Ou en tout cas, c’est comme ça que je l’ai vu. Il ne dit en rien, au contraire de nombreux romans en ce moment et avec lequel il est confondu (j’en parlerais un peu plus loin), de ce qu’il faut changer, de ce qui est bien ou non dans notre société, dans notre monde et notre manière de vivre, il dit juste qu’il faut accepter le changement, que le changement ne peut qu’aider à avancer. Ce changement, dans la trilogie, s’opère à deux niveaux : le politique et le sentimental, l’universel et l’individuel. En effet, au fur et à mesure de l’histoire, America pousse le milieu politique à évoluer en présentant, en tant que sélectionnée, des projets « fous » pour révolutionner la manière de vivre de ce monde. Ce sont des propositions choquantes pour cette société et donc qui risqueraient d’entrainer des changements importants. Pourtant, même si elle pousse les autres, sa société, à changer, elle a elle-même du mal à évoluer au niveau personnel : qui choisir entre Maxon et Aspen. Ce choix entre deux hommes est la métaphore de ce changement, Maxon représentant le futur, le changement, tandis qu’Aspen est le passé. Et non, je ne vous ai pas spoilé sur qui elle va choisir car les nouveaux livres l’ont déjà fait. America, quant à elle, représente, comme son nom l’indique, l’Amérique en premier lieu, mais elle peut tout aussi bien représenter le monde entier, c’est juste que l’auteur écrit avant tout pour son pays et n’imaginait peut-être pas être traduite en français et bien d’autres langues. Avec tout ça, je ne pouvais qu’apprécier ma lecture.
Avant de commencer ma chronique, je suis allée un peu lire en vitesse des commentaires sous le premier tome sur Livradddict et j’en ai découvert un qui se demandait si ce livre était vraiment une dystopie comme disent beaucoup de personnes. Je ne comprends pas non plus que les gens pensent que cette trilogie est une dystopie car elle en est très différente. La dystopie, l’opposé de l’utopie, est la représentation d’une société imparfaite pour parler de notre société, pour montrer en quoi notre monde a des défauts qu'il faut changer. La dystopie pointe les défauts de la société actuelle. Ici, comme dit auparavant, cette histoire cherche non pas à montrer ce qu’il faut changer mais qu’il faut accepter le changement et l’encourager, la trilogie cherche à montrer qu’il faut se tourner vers l’avenir plutôt que de rester enfermé dans le passé. Cela n’a donc rien à voir avec une dystopie.
Pour conclure, malgré ses défauts, je vous conseille de lire cette trilogie, elle mérite d’être lu, même si je comprends encore une fois que tout le monde ne va pas apprécier, que ce soit à cause des nombreux défauts, ou tout simplement à cause de ce qui est dit.

2 commentaires:

  1. J'aimerai beaucoup découvrir cette série, juste par curiosité :)

    RépondreSupprimer
  2. Pour ma part, j'ai eu un gros coup de coeur pour ce premier tome ! J'en parle ici si tu veux : https://legouutdesmots.wordpress.com/2016/09/30/la-selection-kiera-cass/#more-2340 ! :)

    RépondreSupprimer