samedi 14 mars 2015

La Malédiction de l'Epouvanteur


Attention !
Histoire à ne pas lire la nuit…
« Voilà six mois que tu es l’apprenti de M.Gregory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. A présent, l’obscur t’a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci : lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l’obscur d’avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C’est pour cela que je t’ai donné la vie. »
L’Epouvanteur et son apprenti, Thomas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs des catacombes de la cathédrale est tapie une créature que l’Epouvanteur n’a jamais réussi à vaincre. On l’appelle le Fléau. Tandis que Thomas et M.Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n’est pas leur seul ennemi. L’Inquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l’obscur. Thomas et son maître survivront-ils à l’horreur qui s’annonce ?

Je reste toujours mitigée face à cette saga après ce second tome. Il a des qualités, mais aussi des défauts, pourtant on sent une amélioration par rapport au premier volume : ce ne sont plus les mêmes défauts et le côté machiste que je critiquais dans L’Apprenti Epouvanteur est certes toujours présent mais est atténué ; il y a notamment moins de grosses phrases machistes ce qui ne peut que me réjouir car peut-être qu’au fil des tomes ce défaut disparaitra.
Cependant, j’ai trouvé l’histoire moins intéressante que celle du tome précédent et elle tournait un peu en rond. Mais surtout, la fin fut longue, les révélations se sont éternisées voir même répétées ce qui stoppe un peu la lecture. Enfin, à la fin, le personnage principal m’a paru antipathique, c’était un enfant désobéissant qui n’en faisait qu’à sa tête et cela m’a quelque peu soûlée. Mais on dirait qu’il a compris la leçon, cela ne devrait donc pas se répéter dans le prochain tome, en tout cas je l’espère. Le style est toujours le même, simple, trop oral, pas assez recherché, mais fluide : pas d’amélioration de ce côté-là, mais ça passe.
A part ça, l’histoire reste plutôt sympathique et les révélations sur la mère sont, elles, biens dosées et intrigantes, je lirai donc la suite.

2 commentaires:

  1. Cette série est une vraie petite perle :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, même après le quatrième tome, je suis encore mitigée par cette série mais tant mieux si tu aimes, il en faut pour tout les goûts :D

      Supprimer