jeudi 5 décembre 2013

Métaphysique des tubes


Parce qu’elle ne bouge pas et ne pleure pas, se bornant à quelques fonctions essentielles _déglutition, digestion, excrétions_, ses parents l’ont surnommée la Plante.
L’intéressée se considère plutôt à ce stade, comme un tube. Mais ce tube, c’est Dieu. Le lecteur comprendra vite pourquoi, et apprendra aussi que la vie de Dieu n’est pas éternelle, même au pays du Soleil levant…
Avec cette « autobiographie de zéro à trois ans », Amélie Nothomb nous révèle des aspects ignorés de sa personnalité et de la vie en général, tout en se montrant plus incisive, plus lucide et plus drôle que jamais.

Métaphysique des tubes est un petit roman mais il n’en est pas moins prenant. Immédiatement, nous entrons dans une histoire surprenante, avec un personnage se prenant pour un Tube, un dieu, un légume sans conscience et donc sans pensée jusqu’à ses deux ans et demi où elle naît finalement. C’est un roman surprenant où l’auteur nous entraine non pas dans un autre monde mais dans un autre point de vu. L’histoire est en effet racontée par une enfant et le style de l’auteur retranscrit à merveille ces pensées enfantines et amusantes qui nous divertissent tout le long du roman qui est facile à lire. De plus, nous y entrons très rapidement dedans, malgré un début très surprenant.
Vous l’aurez compris, c’est un roman très sympathique à lire même si on sent tout l’extravagance de l’auteur, ceci apporte d’ailleurs un petit plus à l’œuvre qui devient alors comme je l’ai déjà dit surprenant tant nous ne nous attendons pas à ce qui va se passer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire