jeudi 5 décembre 2013

Stormbreaker


Suite à la mort de son oncle et unique parent, Alex Rider, quatorze ans, voit son existence tranquille de collégien londonien complètement bouleversée : il est enrôlé, contre son gré, par le MI6, les services secrets britanniques. Sa première mission : découvrir ce qui se cache derrière le Stormbreaker, un nouvel ordinateur ultra-puissant.

Alex Rider, un collégien ordinaire, voit une nuit la police débarquer chez lui pour lui annoncer la mort de son oncle dans un étrange accident de voiture et à partir de cet instant, l’adolescent va mener son enquête pour découvrir ce qui s’est vraiment passé et il va être enrôlé par le MI6 pour terminer la mission de son oncle.
L’histoire commence immédiatement avec l’annonce de la mort de Ian Rider et à partir de là, il n’y aura pas une seule longueur. Les chapitres s’enchainent et une fois débuté, il est difficile d’abandonner le livre tant l’histoire tient en haleine. Nous découvrons petit à petit avec Alex qui était son oncle puis nous enquêtons avec lui sur les stormbreakers, nous demandant ce qui peut bien se dissimuler derrière ces ordinateurs parfaits. Le style fluide et simple est très facile à lire et ne nous fait que plus accrocher à l’histoire. C’est un livre accessible à tous avec un personnage jeune qui s’oriente plutôt vers un public jeune.
Pourtant, il y a un point plutôt décevant : le personnage. En effet, lors de ma première lecture il y a plusieurs années, Alex m’avait agacé parce qu’il était parfait. Aujourd’hui, il m’agace toujours mais pour des raisons très différentes : plus mature à présent, je repère à présent plus de défauts (notamment ceux que j’avais en commun avec les personnages qui sont toujours les plus difficiles à trouver, surtout lorsque l’on est enfant) chez lui et ce sont les défauts qui sont à mes yeux les pires au mondes.
Heureusement, cela n’empêche nullement de savourer la lecture et l’on s’attache tout de même à Alex.

Tome 2 : Pointe Blanche
Tome 3 : Skeleton Key
Tome 4 : Jeu de tueur
Tome 5 : Scorpia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire