lundi 7 octobre 2013

Traversée de la Mangrove



A Rivière au Sel, en plein cœur de la forêt, on veille un mort, un homme qui s’est installé dans le village quelques années auparavant et dont on ne sait pas grand-chose.
Est-il cubain ? colombien ? A-t-il déserté ? Pourquoi est-il revenu en Guadeloupe ? Les réponses ne sont pas claires.
Cependant peu importe la véritable identité de cet homme. Ce qui importe, c’est l’image que les individus gardent chacun de lui et les modifications essentielles qu’il a apportées dans leurs vies.
Dans le temps clos de cette seule nuit, au-delà de cette petite communauté, c’est toute la société guadeloupéenne d’aujourd’hui qui se dessine, avec ses conflits, ses contradictions et ses tensions.

Ce roman fut une étonnante surprise. En effet, il fait parti des nombreux livres que je dois lire pour le premier semestre de l’université et je ne m’attendais pas à l’apprécier autant. Ce n’est certes pas un coup de cœur mais il n’en est pas si loin.
Tout d’abord, après avoir eu quatre heures de cours sur le policier pour introduire à cette œuvre, je m’attendais évidemment à un roman policier, avec un mort, une enquête et un meurtrier cependant, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant dès le premier chapitre que la victime a été tuée par une mort naturelle. En effet, l’originalité de ce roman est que l’intrigue ne se porte pas sur un meurtre mais sur l’énigme qu’était le mort aux yeux des habitants du petit village de Rivière au Sel. C’est agréable de découvrir un roman aussi original, bien écrit mais sans être d’un style lourd, comme nous pourrions en penser d’un roman étudié en cours, et surtout, c’est rafraichissant d’avoir autant de points de vu différents sur une même personne. Les protagonistes ont tous un caractère bien a eux.
De plus, nous plongeons dans un coin de la planète que nous ne connaissons pas forcément et de ce fait, cela rend ce livre d’autant plus intéressant puisqu’il nous fait découvrir la Guadeloupe et ses habitants, français et pourtant différents des métropolitains. On découvre une autre manière de penser et de vivre.

1 commentaire: