lundi 19 août 2013

Notre-Dame de Paris


Paris, janvier 1482. Le « Mystère » composé par le poète Pierre Gringoire est moins remarqué que l'insolite élection du « pape des fous », remportée par Quasimodo, le sonneur difforme de Notre-Dame.
Sur l'ordre du ténébreux Frollo, archidiacre de la cathédrale, le bossu chercherait à enlever Esméralda, la bohémienne qui danse sur le parvis. C'est pour la sauver que Gringoire descendra jusqu'à la Cour des miracles et se fera truand. Quasimodo, lui, risque le pilori pour tentative de rapt. Mais aucun de ses secrets prétendants n'a pris garde à la passion que la jeune femme a conçue pour Phoebus de Châteaupers, le capitaine de la garde qui l'a secourue...
Exemplaire du goût des romantiques pour l'univers gothique, Notre-Dame de Paris ressuscite la capitale pittoresque de Louis XI en une fresque populaire dont la cathédrale, véritable "Bible de pierre", est le sublime emblème.

Notre-Dame de Paris est un roman sublime de Victor Hugo où l’auteur reconstruit à merveille le Paris du Moyen-Âge à travers de longues descriptions écrites d’un style magnifique qui nous plonge immédiatement dans la ville et dans l’histoire. Les personnages sont aussi très attachants et nous les suivons avec joie dans les rues de la ville ou dans la cathédrale de Notre-Dame.
Nous y suivons tout d’abord Pierre Gringoire, poète ayant écrit le « Mystère » représenté devant le peuple de Paris. Cependant, sa pièce a peu de succès face à l’élection du « pape des fous » remportée par Quasimodo, le sonneur difforme et sourd de la cathédrale. Ainsi, personne ne fait garde à payer le compositeur de la pièce qui s’en va, les poches vides. Il va alors voir dans les rues l’enlèvement d’Esméralda par Quasimodo et Claude Frollo, l’archidiacre de la cathédrale. La jeune fille sera alors sauvée par le capitaine de la garde, Phoebus de Châteaupers dont elle tombe amoureuse. Quasimodo est capturé, l’archidiacre ayant fui sans lui. Gringoire , de son côté, se fait truand.
L’histoire est donc romantique mais ne manque pas d’action avec par exemple la prise de la cathédrale ou la « mort » de Phoebus. En revanche, il y a certaines longueurs, notamment dans les descriptions qui sont parfois si longues qu’elles nous sortent de l’histoire. Cela n’empêche cependant pas de profiter du roman à sa juste valeur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire